Les Bellonet et la Sainte Famille

1915-2015 : 100 ans de musée à Forcalquier

Les Bellonet et la Sainte Famille et les évangélistes

La Sainte Famille et les Evangélistes

Histoire du tableau

Dans le tome II de l'ouvrage Les officiers généraux bas-alpins paru en 1915, Martial Sicard relate que La Sainte Famille et les Evangélistes fut commandé par le Chevalier Jehan de Bellonet au XVIIe siècle.

Bellonet

Histoire du tableau

Issu de la noblesse provençale, fils d’une vieille famille aristocratique de Forcalquier, Jehan de Bellonet fut très tôt épris des valeurs militaires. Pour son courage et ses opérations militaires pour la République de Venise il fut fait Chevalier de l’Ordre de Saint - Marc, Saint patron de la ville, le plus important des ordres chevaleresques fondés dans le cadre de cette République. Il fut également nommé surintendant d’artillerie et des fortifications de cette dernière. Selon Martial Sicard, il était considéré à l’époque comme le héros le plus populaire de Venise pour ses exploits et son dévouement militaire lors de la guerre de l’île de Candie, Crète actuelle, une suprême croisade pour faire face à l’invasion Turque.

 

«  Placé à la tête des armées Vénitiennes, il fit preuve d’incomparables aptitudes militaires. Admis dans les conseils de la République, il déconcerta par la clairvoyance, la profondeur de ses conceptions, les hommes d’État les plus expérimentés. Il exerçait, sans vanité personnelle, un ascendant absolu sur tous ceux qui l’approchaient, conservant avec tous l’aisance, le naturel, la simplicité.  »

M. SICARD, 1915

 

Le 15 août 1660, à l’âge de 39 ans, après une carrière militaire brillante à la réputation européenne et quinze années de campagne contre les Turcs, il se préparait à repartir sur le champ de bataille vénitien pour une dernière offensive qu’il voulait triomphante. L’opération étant périlleuse, l’ennemi solidement établi sur place, il s’enferma dans son cabinet sous l’impression de ce moment décisif et y rédigea son testament : il y consigna ses directives et dernières volontés.

 

C'est à ce moment de l'histoire que La Sainte Famille et les Evangélistes fut commandé. En effet, Jehan de Bellonet ordonna dans ce testament d’honorer Saint - Marc en faisant réaliser un tableau de l’évangéliste pour la chapelle Saint - Marc de Forcalquier, « comme faible reconnaissance et un souvenir des biens faits reçus dans le service de la Sérénissime République dont ce Saint est le protecteur » (M. SICARD, 1915).

 

Le Chevalier mourra sur le champs de la bataille et cette guerre pris fin neuf ans plus tard, gagnée par les Turcs.

 

Ce tableau fut retrouvé par Martial Sicard en l'église Saint-Jean à Forcalquier, et a été identifié comme étant celui commandé par Bellonet grâce au blason de celui-ci présent en bas à gauche du tableau, aux pieds de Saint-Marc.

 

«  Aux yeux de la postérité, le Chevalier de Bellonet restera le grand Français qui mit sa vaillante épée au service de l’État de Venise et qui, à l’heure de la défaite ne désespéra pas des destinées de la République et sut, avec les tronçons du glaive brisé, lui forger pour les luttes suprêmes une arme neuve et redoutable. »

M. SICARD, 1915

 

 

image

La Sainte Famille et les Evangélistes

Huile sur toile, 240 x 180

Fin XVIIe

Auteur inconnu

 

La Sainte Famille est représentée en haut du tableau, au dessus des nuages, dominant les deux Evangiles que sont Saint-Marc à gauche et Saint-Jean à droite.

 

La Vierge est traditionnellement vêtue d'un drapé rouge et d'un manteau bleu, assise, tenant l'enfant Jésus. Un ange la couronne de fleurs.

 

Face à elle, à genoux, se tient Joseph en robe grise et manteau de bure. Il tend la croix chrétienne en direction de l'enfant Jésus qui lui, tend sa main vers la croix. Joseph est lui aussi couronné par un ange et il tient dans son autre main une branche de lys, symbole de pureté et de foi, la déposant aux pieds de la Vierge et de l'enfant.

 

Les deux Evangélistes, debouts et de face, les visages légérement tournés l'un vers l'autres, complétent quant à eux la représentation de la Sainte Famille :

 

À gauche se tient Saint-Marc, Saint patron protecteur de la République de Venise pour laquelle Jehan de Bellonet a donné sa vie. Il porte une robe bleu et un manteau rouge et est reconnaissable à son symbole tétramorphique, le lion, se tenant derrière lui à gauche. Il tient un livre et une plume.

 

À droite se tient Saint-Jean, Saint patron de Jehan de Bellonet, vêtu de vert et de blanc. Comme dans plusieurs représentations, il tient à la main un calice d'où émerge la tête d'un serpent, en référence au thème johannique du serpent. Cette coupe est aussi parfois interprétée comme étant celle de la légende de la coupe de poison d'Aristodème. Son symbole tétramorphique, l'aigle, se tient à sa droite. Notons que ce tableau a longtemps été dans l'église Saint-Jean de Forcalquier où le Chevalier avait ordonné que l'on récita une haute messe annuelle perpétuelle pour Saint-Jean Baptiste après sa mort.

 

Pour finir, le blason de Jehan de Bellonet est représenté sous le lion de Saint-Marc, symbole de Venise, en bas à gauche. Il a été redécouvert grâce à la restauration récente du tableau.

ne récente restauration

 

En 2007, l'association en charge de la sauvegarde des chapelles de Forcalquier (Acrof) alerte la ville et Jacqueline Ursch, conservatrice départementale des objets d’art religieux, sur l’état de dégradation de cette œuvre conservée dans la chapelle St Marc.

 

La municipalité réagit rapidement et la restauration de l’œuvre est confiée à l'atelier Amoroso-Waldeiss.

 

L’étude préalable du tableau aux rayons ultraviolets  révèle des détails jusqu’alors masqués par des couches de repeints et d’un vernis épais de qualité médiocre mais n’ayant pas altéré la couche picturale d’origine.

 

Ainsi, une partie débordant du cadre qui était peinte en bleu dévoila les pieds de Saint- Marc et de Saint-Jean ainsi qu’un feuillage au sol et une partie du blason présent sur le tableau.

 

Depuis 2010, l’œuvre a retrouvé sa place d’origine dans la chapelle saint-Marc.

La Sainte Famille et les évangélistes avant restauration La Sainte Famille et les évangélistes avant restauration
La Sainte Famille et les évangélistes après restauration La Sainte Famille et les évangélistes après restauration

Escale au musée de Forcalquier

 

En 2015 : l’exposition Forcalquier 1915-2015, présente des œuvres d’art emblématique pour la ville de Forcalquier. C’est donc tout naturellement que La Sainte Famille, véritable témoin de l’histoire, a pris place au musée pour l’été.