La gendarmerie de Forcalquier

PARCOURS DE LA MÉMOIRE RÉSISTANTE

Le bombardement de la gendarmerie de Forcalquier

La gendarmerie de Forcalquier avant le bombardement

Le samedi 27 mai 1944, un bombardement aussi meurtrier qu'inattendu détruisait la gendarmerie de Forcalquier.

Les faits, d’après le rapport établi par le sous-préfet

Nous sommes au matin du samedi 27 mai 1944. La ville est survolée par des escadrilles d’avions américains en provenance de Marseille, où le quartier du Panier vient d’être bombardé. Les estimations varient entre 400 et 1500 avions.

 

La dernière escadrille venait de passer quand un avion qui, selon les uns, venait d’une direction opposée, selon les autres s’était détaché du dernier groupe, diminua de hauteur et après avoir piqué selon un grand nombre de témoins, sans avoir piqué, selon les autres, lâcha un chapelet de bombes au-dessus de la gendarmerie.

 

On dénombra 15 victimes : 9 tués et 6 blessés.

La gendarmerie après le bombardement La gendarmerie après le bombardement
BOYER Raoul BOYER Raoul Gendarme
COURLET Élie COURLET Élie Gendarme
RAYBAUD Paule RAYBAUD Paule (épouse SOLLER)
REBOUL Paulette REBOUL Paulette (épouse DOL)

Et aussi Anne-Marie CLÉMENT (épouse SONNET) et les enfants Jean-Louis et Liliane SONNET.

Les blessés Famille BOUCHET
Les blessés BOUCHET Geneviève
Capitaine RIBOULET Capitaine RIBOULET
Gendarme DOL Gendarme DOL

Ainsi que l'adjudant-chef FERRAND (pas de photo disponible)

Avion allemand ou avion américain ?

Aujourd’hui, cette question divise encore la population. Pour Mireille Bégliomini, petite fille de victime, aucun doute : c’est un avion allemand qui a agi en représailles.
Sa grand-mère, Yvonne Courlet, dont le mari est mort ce jour là, lui a toujours raconté les faits suivant :

Texte du témoignage d'Yvonne Courlet

Pour élucider le mystère, Henry Begliomin se rend aux archives militaires allemandes à Fribourg. Là, Madame Scholl, documentaliste, lui remet un document comme étant le plan de vol du 27 mai 1944.

D’après elle, la gendarmerie de Forcalquier aurait été bombardée par un avion allemand, un Dornier 217.

Vue de la carte du plan de vol Archives militaires allemandes : plan de vol du 27 mai 1944

Pour conforter ce témoignage, Henry Begliomini se procure le rapport de vol de l’armée américaine. Ce dernier indique qu’il n’est pas prévu de survoler le secteur de Forcalquier le 27 mai 1944.

Vue du rapport officiel de l'armée américaine
Suite du rapport de l'armée américaine

Au vu de ces documents l’hypothèse de l’avion allemand semble se confirmer.